En partenariat avec
Envoyez
vos photos & vidéos
Suivre
Ajouté
Abonné
Supprimer
Supprimé
En attente
Chargement
Erreur
5
Voter
Voter

Manifestation contre la visite de Shaul Mofaz à Ramallah

Politique Info non vérifiée Info vérifiée Ramallah, - 01 juillet 2012

Des centaines de Palestiniens se sont rassemblés à Ramallah samedi 1er juillet 2012 pour protester contre la rencontre prévue dimanche entre le président Abbas et le vice-Premier ministre israélien Shaul Mofaz, dans les bureaux présidentiels de la Muqatah. Shaul Mofaz, ancien chef d'état-major des forces israéliennes de 1998 à 2002 et ancien ministre de la défense, est accusé par les Palestiniens de crimes de guerre, notamment du massacre de Jenine.

Le mouvement de protestation avait commencé le 28 juin. Des dizaines de Palestiniens s’étaient rassemblés sur la place d’Al Manara, dans le centre de Ramallah, et avait tenté de marcher vers la Muqatah ; mais ils avaient été sévèrement réprimandés par les forces de polices Palestiniennes. Des nombreux manifestants ont été sérieusement blessés à coup de matraques.

Le groupe "Palestiniens pour la dignité" avait alors rappelé les Palestiniens à redescendre dans la rue pour protester contre cette répression policière et appeler l’Autorité Palestinienne à écouter la voix de la rue. "Par cette marche, nous soulignons que le peuple est la source de l'autorité et que nous rejetons l'utilisation de la violence contre le peuple palestinien, par qui que ce soit", ont indiqué les organisateurs dans un communiqué.

Mais de nouveau, les manifestants ont été empêchés de marcher vers la Muqatah et très rapidement les tensions sont montées entre les manifestants et les forces de police. Ces dernières ont de nouveau utilisés les matraques pour disperser la foule ; des dizaines de blessés sont reportés. Les manifestants se sont alors dirigés vers la station de police en soutien aux participants interpellés. Au total, sept manifestants avaient été arrêtés, trois hospitalisés et trois journalistes agressés.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a ordonné la formation d'une commission d'enquête présidée par une personnalité indépendante, l'homme d'affaires Mounib al-Masri, selon un communiqué de la présidence publié par l'agence officielle WAFA.

"Le président ne permettra en aucune manière les violations de la liberté d'expression et du droit de réunion, y compris le droit de manifester dans le cadre de la loi, et ne permettra aucun abus de la part des organes officiels contre notre peuple", selon le texte.

Voter
Voter
5
Signaler un abus
À voir également
Commentaires (2)
Seuls les lettres, chiffre et '_' sont autorisés.
Merci d'entrer votre adresse email
Envoyer
Annuler