En partenariat avec
Envoyez
vos photos & vidéos
Suivre
Ajouté
Abonné
Supprimer
Supprimé
En attente
Chargement
Erreur
Regards sur le Japon
Voir la page de l'événement "Regards sur le Japon"
18
Voter
Voter

Marché du riz japonais, pomme de discorde de l'APEC ?

La Couv' Info non vérifiée Info vérifiée Tokyo, Japon - 10 novembre 2010
Fin septembre a eu lieu la récolte de riz au Japon, et ses gerbes étaient fièrement exposées dans tout le pays, car si en France ce sont actuellement les récoltes viticoles qui sont les plus valorisées sur le plan symbolique, au Japon c'est le riz, aliment par excellence, partie intégrante de l'identité nationale.

Autant dire que la question est épineuse, pour ne pas dire épidermique, de savoir si le Japon consentira à l'occasion du sommet de l'APEC qui se déroule actuellement à Yokohama, à une demande toujours plus pressente de ses voisins asiatiques - et de son principal partenaire nord-américain - d'ouverture de son marché du riz qui, au Japon, est protégé comme pourrait l'être ailleurs le secteur sensible de la défense.

Chasse gardée ! Il est vrai que les Japonais estiment leur riz bien plus goûteux et aux qualités mécaniques idéales pour leur cuisine, contrairement au riz étranger considéré comme sec, pas assez glutineux...

Il y a certes du vrai dans tout cela - il suffit de goûter au riz japonais, d'en admirer la translucidité etc. pour s'en convaincre - mais les voisins ne pourraient-ils pas, par exemple, produire un tel riz au moins à destination du Japon, si son marché n'y était pas si strictement encadré ?

Et puis, c'est aussi l'une des règles du commerce mondial, pour vendre, il faut acheter, ce qui est la moindre des choses.

Sous la pression notamment américaine, le Japon a condescendu depuis l'Uruguay Round (1986 & 1994) à acheter un certain quota de riz produit à l'extérieur, mais ce riz dans son écrasante majorité n'accède pas pour autant au marché japonais, il est redistribué hors du Japon sous forme d'aide alimentaire aux nations nécessiteuses.

Un petit tour de passe-passe qui permet au Japon de continuer à réserver son marché à ses producteurs nationaux qui, influents dans la vie politique du pays, pourraient bien faire capoter certains discussions avec les autres pays producteurs de riz.

Ou du moins seront-ils d'accord pour porter le chapeau de l'échec qui s'annonce des négociations dans le domaine, suite au versement d'une très généreuse subvention à la riziculture nippone: ¥7,4 milliards de yens viennent ainsi d'être accordés à seulement 2116 familles de Hokkaido (cf: http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nb20101109a6.html ) pour débuter un grand plan de redéploiement des capacités nationales.

Autant dire que ce n'est pas demain la veille que le Japon commencera à accepter que son riz soit concurrencé par des productions étrangères.

Et en attendant, le riz nouveau vient d'arriver dans les magasins, évènement annoncé par un omniprésent marquage fait de deux idéogrammes (shinmai) qui relient dans l'inconscient collectif le riz et le calendrier shinto, lui-même marqué par la culture du riz.

Et pour se convaincre de tout ce qui est dit ci-dessus: http://www.theaustralian.com.au/business/news/rice-farmers-may-prevent-japan-from-joining-key-regional-trade-pact/story-e6frg90o-1225946510997

Note: on remarquera la subtile allusion au riz en général au travers de la coupe de cheveux de la jeune femme qui pose pour la promotion du "riz du matin, tous ensemble".
Voter
Voter
18
Signaler un abus
À voir également
Commentaires (0)
Seuls les lettres, chiffre et '_' sont autorisés.
Merci d'entrer votre adresse email
Envoyer
Annuler