En partenariat avec
Envoyez
vos photos & vidéos
Suivre
Ajouté
Abonné
Supprimer
Supprimé
En attente
Chargement
Erreur
22
Voter
Voter

Danser avec les morts, un rituel macabre au Bengale, en Inde (IMAGES POUVANT HEURTER)

La Couv' Info non vérifiée Info vérifiée Bardhaman, Inde - 13 avril 2009
"Avez-vous déjà vu des gens danser en tenant à bout de bras des restes de cadavres humains?", demande notre membre Citizenside au Bengale-occidental, en Inde.

Si la réponse est négative, vous pouvez visiter les villages de Kurmun, Parui, Palashie, Kubajpur, et Arachi autour de la grande ville de Burdwan, au Bengale-occidental.

Cette cérémonie macabre se déroule lors des fêtes de Gajon, qui se déroulent pendant la période du Chaitra Sankranti (entre le dernier jour mois bengalais de Chaitra et le dernier jour de l'année bengalaise).

Des moines Gajon ("Gajon Sanyasis") dansent pendant des heures avec des restes de cadavres humains, surtout la tête ou les bras.

Des milliers de spectateurs assistent à ce spectacle difficilement soutenable. Selon les villageois, cette pratique se perpétue depuis plus de cent ans.

La police et l'administration du district ne font pas grand chose pour stopper ces pratiques horribles. Un officier de police, le SP (super-intendant) de Burdwan, Rajaram Raj Sekharan, a déclaré "je n'ai pas connaissance de ces incidents, je vais tâcher de prendre des actions préventives".

Où les moines vont-ils chercher ces cadavres? De différentes tombes, selon leurs dires. Certaines familles n'ont pas les moyens de payer les cérémonies d'incinération, et enterrent les corps de leurs proches.

Les moines Sannyasis font le tour des tombes, déterrent les corps, et les suspendent pendant un temps aux arbres.

Le jour de Gajon, au milieu du mois de mars, les Sannyasis décrochent les cadavres et déambulent de village en village en portant leur macabre trophée.

La cérémonie fait sortir tous les villageois. Il y a beaucoup de corps de nourrisson, la coutume voulant qu'on enterre les nouveaux-nés.

Le Comité central des Sciences d'Inde ("Bharatiya Bigyan O Yuktibadi Samiti") s'est déjà élevé contre ces pratiques et a demandé leur arrêt.

Un rapport a déjà été envoyé aux responsables du district de Burdwan, mais sans effet.

Je trouve que ces scènes sont particulièrement choquantes, notamment pour les enfants, et que l'on devrait y mettre un terme.

Ces pratiques tombent sous le coup du Public Nuisance Act et sont donc illégales", conclue notre membre Citizenside.
Voter
Voter
22
Signaler un abus
À voir également
Commentaires (0)
Seuls les lettres, chiffre et '_' sont autorisés.
Merci d'entrer votre adresse email
Envoyer
Annuler