En partenariat avec
Envoyez
vos photos & vidéos
Suivre
Ajouté
Abonné
Supprimer
Supprimé
En attente
Chargement
Erreur
9
Voter
Voter

Japon : Quand les abords du temple de Yasukuni résonnent de clameurs nationalistes

Grand Angle Info non vérifiée Info vérifiée , Japon - 15 août 2012

Comme chaque années, le "spectacle" n'était pas sur scène - entendre par-là le temple de Yasukuni - mais dans la salle, lors de la commémoration de la capitulation du Japon en 1945.

En effet, l'énorme dispositif policier installé sur des centaines de mètres autour du temple pour éviter que le lieu de culte ne soit par trop investi par les manifestations nationalistes a eu pour conséquence de repousser toujours un peu plus loin ces démonstrations fort bruyantes et souvent d'une agressivité (essentiellement verbale) propre à troubler la sérénité de ceux qui se rendent au temple pour prier pour l'âme d'un aïeul tombé au champ de bataille.

C'est donc plus bas après la bouche de métro de la station Kudanshita que se pressent à chaque 15 août les nombreux participants et spectateurs des déclarations nationalistes du jour souvent dirigées à l'encontre de la Chine et des deux Corées, un "je t'aime moi non plus" séculaire s'il en est.

Cette année en tout cas, il y avait motif à vociférer en réponse à la venue inopinée du Président sud-coréen sur une île que la Corée du Sud et le Japon se disputent pour des raisons autant historiques qu'économiques (les lieux recèleraient des ressources minières assez abondantes) mais aussi à ses paroles très dures à l'égard de l'actuel Empereur du Japon duquel il exige de plates excuses pour tous les crimes commis par le Japon en Corée durant la période coloniale, une blessure toujours suppurante malgré un très net dégel des relations bilatérales depuis une bonne quinzaine d'années. Il faut dire que le propre frère du Président sud-coréen venant d'être arrêté par la police de son pays pour divers délits, il devait être urgent de reprendre la main sur la scène intérieure... aux dépens du Japon en l'occurrence.

En tout cas les mégaphones étaient tous calés sur l'amplification maximum, les drapeaux immaculés de sortie, et les orateurs - certains d'une jeunesse étonnante - auront donné de la voix comme s'ils voulaient qu'on les entende jusqu'à Séoul.

Et ils y sont peut-être parvenus si j'en juge de l'acouphène qui a habité mon oreille longtemps après m'être extirpé de la manifestation de ce 15 août 2012.

Note: ce sujet vient compléter un premier volet dans le texte duquel se retrouvent les références de la presse nippone concernant les "agissements" du Président sud-coréen.

Voter
Voter
9
Signaler un abus
À voir également
Commentaires (6)
Seuls les lettres, chiffre et '_' sont autorisés.
Merci d'entrer votre adresse email
Envoyer
Annuler