En partenariat avec
Envoyez
vos photos & vidéos
Suivre
Ajouté
Abonné
Supprimer
Supprimé
En attente
Chargement
Erreur
10
Voter
Voter

Les violences conjugales toujours aussi nombreuses au Japon

Grand Angle Info non vérifiée Info vérifiée , Japon - 31 mai 2012

Un fait divers défraye la chronique actuellement (ou pour mieux dire pour quelques heures car de pareils cas sont au fond assez fréquents, sinon dans la forme, du moins dans le résultat) suivant lequel un homme de 80 ans, patron d'une poissonnerie, aurait avoué le meurtre de son épouse... étranglée il y a une dizaine d'années !

L'affaire aura mis du temps à être découverte vu que quasiment personne ne s'était étonné de la disparition de son épouse durant cette longue décennie d'oubli, et l'horrible de l'histoire - hormis le meurtre de l'innocente, s'entend - est que le mari avait conservé le cadavre de son épouse et victime dans la chambre froide de son entreprise tout ce temps sans que jamais personne y travaillant ne semble s'être douté.

En comptant celui du diplomate japonais devant comparaître ce jours-ci devant un tribunal pour dix-sept chefs d'accusation relatif aux cruautés aggravées exercées sur son épouse voilà bien deux cas de plus à porter au nombre déjà volumineux des dossiers de violences domestiques nippons dont, parait-il, près d'une japonaise mariée sur trois serait victime selon un sondage rendu public ce mois-ci. Une enquête à examiner, il est vrai dans le détail qui, même si éventuellement exagérée pour des raisons que l'on laisse au lecteur le choix d'imaginer, donne à réfléchir sur l'état du Japon d'une part, mais aussi des sociétés post-industrielles que l'on aurait pu croire massivement raisonnées et à la civilité plus aboutie. Il n'en est pas rien, mais il y a indéniablement encore beaucoup à faire pour pacifier les relations hommes-femmes.

Cela dit, une enquête donne ce mois-ci pour la Chine des chiffres pires encore alors suivant le principe du verre à moitié vide ou du verre à moitié plein, on se réjouira qu'au Japon on n'en soit "qu'à" une femme sur trois victime de violence contre une sur deux en Chine ; ou bien on s'attristera d'un si faible écart après plus de 140 ans d'avance du Pays du Soleil levant sur l'Empire du Milieu, à s'être engagé sur le chemin de la "modernisation".

Preuve qu'il ne faut pas confondre modernité technologique et perfectionnement des moeurs.

 

Légende-photo : on peut découvrir ici une grande sculpture en bronze illustrant une des scènes marquantes du célèbre roman "Konjiki Yasha" ("Le démon doré") de l'écrivain japonais Kōyō Ozaki au cours de laquelle l'un des principaux protagonistes de l'histoire se débarrasse à grands coups de socques en bois de la jeune femme qui l'implore de ne pas l'abandonner. Un "tableau" passé à la postérité au point d'être, comme on le voit, considéré par le grand-public japonais comme quelque chose d'une intensité "sensuello-dramatique" admirable.

Cocasse : ce bronze imposant se trouve dans la "petite" ville balnéaire d'Atami, longtemps destination première des jeunes mariés de la région de Tokyo qui venaient y passer leur lune de miel. Voilà un curieux paradoxe.

Voter
Voter
10
Signaler un abus
À voir également
Commentaires (3)
Seuls les lettres, chiffre et '_' sont autorisés.
Merci d'entrer votre adresse email
Envoyer
Annuler