En partenariat avec
Envoyez
vos photos & vidéos
Suivre
Ajouté
Abonné
Supprimer
Supprimé
En attente
Chargement
Erreur
28
Voter
Voter

Le Japon, un trésor qui peine à se faire découvrir

Grand Angle Info non vérifiée Info vérifiée Tokyo, Japon - 27 février 2012

Combien de Français (et d'autres) ont déjà rêvé de visiter le Japon, ses richesses sans bornes ? Richesse humaine, richesse de sa civilisation que l'on dit souvent tendue entre "tradition et modernité". Cliché s'il en est, mais tous les clichés ne sont pas faux.

Architectures sacrées extraordinaires, technologies de demain parfois déjà à portée de main du tout venant au Japon, cet atelier et laboratoire des inventions qui peupleront peut-être, dans les années qui viennent, notre quotidien. Des paysages - hélas de plus en plus rares - qui rendent justice à votre nouvel appareil-photo capable de saisir des panoramiques à la volée. Lieux mystérieux, endroits mystiques, zones glauques et photogéniques, et magasins pleins à craquer de tout et de plus encore. Cuisine succulente, panneaux lumineux éblouissants, vénérables forêts de pins et cimetières paisibles, grands boulevards luxueux et venelles sinueuses, villages d'histoires et mégapoles futuristes...

Il y a de tout pour tout le monde au Japon. Alors, pourquoi ce pays aux innombrables atouts peine-t-il ainsi à attirer à lui les touristes ?

Naguère le touriste y était rare, souvent était-ce un personnage jouissant d'un certain statut social et financier dans un pays occidental, ou bien était-il un passionné du "Japon éternel" ayant épargné sous après sous cinq ou six ans durant pour s'offrir son voyage comme d'autres partent pour le pèlerinage de leur vie ? Mais le Japon post-bulle économique ne pouvait déjà plus se contenter d'un si petit rapport économique et de grands projets touristiques furent établis. D'abord sous Koizumi Junichiro, un plan d'action repris et étoffé par ses successeurs, ses nombreux successeurs.

Mais le Japon continuait de suer eau et sang pour accroître son attractivité au point de finalement grandement relâcher les conditions d'accueil des touristes Chinois qui, aujourd'hui, représentent l'écrasante majorité des touristes étrangers rendant visite à l'archipel. Malgré tout, nous sommes encore très loin des objectifs mirifiques visés depuis quatre ou cinq ans, d'autant que la triple catastrophe du 11 mars 2011 a eu un impact bien évidemment négatif sur l'état du tourisme au Japon.

Du coup, le gouvernement vient de lancer plusieurs campagnes de séduction, parfois sur place (c'est à dire en Chine !) dont la dernière en date s'intitule tout simplement "JAPAN. THANK YOU". D'après la direction de l'office central du tourisme, il s'agit de faire savoir aux Étrangers qu'ils ont été un réel soutien au Japon meurtri, et que leur venue est encore hautement appréciée. Le tourisme par la reconnaissance... pourquoi pas, après tout ?

Là où le bât blesse, c'est que "Le Japon vous remercie" s'écrit "Japan thankS you". Ce détail "anodin" dénote en vérité une sorte de double langage qui n'est pas sans rapport avec la faiblesse du nombre de touristes dans un pays qui a en principe tout pour les séduire. En effet, le slogan se traduisant plus proprement "Merci au Japon" ("Japon, thank you" ou "Thank you, Japan") révèle davantage que beaucoup de Japonais sont en réalité relativement méfiants, voire hostiles au tourisme, et s'il s'agit dans cette campagne de séduire le touriste étranger, il y est tout aussi primordial d'amadouer le Nippon sceptique à l'égard du tourisme trop souvent perçu comme une gêne, une intrusion.

D'ailleurs, un article du quotidien national Mainichi Shimbun rapporte des propos d'une franchise tout à fait univoque sur la question, ceux de M. Mizohata Hiroshi, directeur de l'Agence du Tourisme Japonais (JTA) qui déclare sans ambages: "We have to make sure that every single Japanese - each individual - truly understands this concept that tourism is very important for the revitalization of Japan and stimulation of the Japanese economy," ("Nous devons nous assurer qu'absolument chaque Japonais - chaque individu - comprend vraiment le concept que le tourisme est important pour la revitalisation du Japon et la stimulation de son économie").

C'est donc bien qu'au-delà du coût du voyage (transport, hébergement etc.) se découvre un déficit d'accueil... Modérer les coûts sur place à l'aide de formules spéciales, de coupons de réduction etc. c'est assez facile, mais changer la mentalité d'un peuple (ou tout au moins de sa partie la plus rétive) ? Voilà une tâche ardue qui ne pourra se faire que dans le long terme... si encore demeure la volonté d'inviter chez soi des personnes venant des quatre coins du monde. Sinon, on pourra toujours se demander encore et encore ce qui cloche : pas assez de posters ? Si ! Or là n'est pas l'essentiel, et pourtant il s'en faudrait si peu pour que le Japon (re)devienne un pays plus accueillant. Mais le voudra-t-on et si oui, combien de temps encore ?

Note : à lire un sujet relatif au tourisme sur le site d'Aujourd'hui le Japon, surtout les commentaires souvent menés par des personnes résidant au Japon-même. On retrouvera tous les arguments d'une discussion assez complète sur la question, ce qui évitera peut-être d'ouvrir un débat-bis qui ne ferait que reprendre les divers points de vue exprimés.

Légende-photo : dans ce petit pot-pourri d'images choisies un peu au hasard, on retrouve :

1. Une belle représentation du dieu Amida située dans le célèbre temple Zojo (Tokyo).
2. Une représentation du km 0 située sur le "Pont du Japon" (Nihombashi).
3. Une vue de nature "wabi-sabi" (sorte de mélancolie zen, pour faire simple et rapide).
4. Une vue des érables rougis par l'arrivée du froid.
5. La fameuse tour vrillée du diamantaire DeBeers située à Ginza.
6. Le "Hi no maru", drapeau officiel du Japon.
7. Le Nijubashi, pont donnant accès au Palais Impérial.
8. La jolie boutique du joaillier Chaumet située à Ginza.
9. Vue urbaine, marquages au sol.
10. La "tête" de la tour Sky Tree qui mesure plus de 600 mètres de haut, et qui ouvrira bientôt ses portes.
11. Un petit bistrot de quartier, pittoresque rendez-vous du "vrai peuple".
12. Un panneau indiquant le secteur de Ginza, quartier huppé de Tokyo.
13. Le même Ginza, quartier quasiment aussi riche en néons que le fameux Akihabara, "la ville électrique".
14. La tour Sky Tree de loin.
15. Le croisement du sous-quartier de Sukiyabashi, quasiment aussi graphique que celui de Shibuya (vu dans tant de films et reportages).
16. Une rue d'un quartier populaire de Tokyo, de nuit.
17. Le célèbre Mont Fuji.
18. Le temple Zojo au premier plan, puis la Tour de Tokyo au second, de nuit.

Voter
Voter
28
Signaler un abus
À voir également
Commentaires (12)
Seuls les lettres, chiffre et '_' sont autorisés.
Merci d'entrer votre adresse email
Envoyer
Annuler