En partenariat avec
Envoyez
vos photos & vidéos
Suivre
Ajouté
Abonné
Supprimer
Supprimé
En attente
Chargement
Erreur
20
Voter
Voter

Syrie, Yémen, Bahreïn… Où en sont les révolutions dans le monde arabe ?

Blog Info non vérifiée Info vérifiée Manāma, Bahreïn - 04 avril 2011

Photo prise par kate_dixon le 24 mars 2011 à Sanaa, Yémen

SYRIE – Des protestations, quelques concessions

La Syrie a connu ce week-end de nouvelles violences, notamment à Deraa. En réponse ou face à la pression populaire et malgré les contre-manifestations organisées par le pouvoir, après près de trois semaines de révolte, le président al-Assad a annoncé la mise en place d'un nouveau gouverneur à Deraa mais surtout la nomination d'un nouveau Premier ministre, Adel Safar. Il a également enfin émis une proposition d'étude en vue d'une abrogation de la loi d'urgence tant honnie par le peuple.

Mais peu à peu la contestation s'étend au reste du pays : Damas, Douma (au nord de la capitale), Lattaquié (où des émeutes violentes ont eu lieu le week-end dernier)…

Le leader syrien s'était exprimé devant la nation le 30 mars pour la première fois depuis le début de la contestation mais les annonces n'étaient pas au rendez-vous. Les manifestants, qui demandaient l'abrogation de la loi d'urgence en vigueur depuis 1962, sont repartis déçus et encore plus motivés pour de nouvelles manifestations.





Funérailles de martyrs à Deraa


Voir aussi : des manifestants à Deraa et une manifestation à Homs.


YÉMEN – Une solution venue de l'étranger

Au Yémen, c'est un week-end de violence qu'a vécu la population. Quinze manifestants ont été tués dans la ville de Taëz, au sud de Sanaa, la capitale yéménite, et treize personnes ont perdu la vie à Hodeida, sur la mer rouge. Dans cette même ville, des centaines de personnes ont été visées par des tirs de grenades lacrymogènes.

Les contestations contre le président Saleh, en place depuis 32 ans, se sont développés dans tout le pays depuis fin janvier. Lundi 4 avril 2011, les monarchies arabes du Golfe ont proposé une médiation entre le régime et l'opposition en appelant les différentes parties à reprendre le dialogue au plus vite.

Pour la première fois depuis le début de la contestation, les Etats-Unis se sont prononcés en faveur d'un départ d'Ali Abdallah Saleh, estimant qu'il ne répondra pas aux demandes des manifestants. Auparavant, l'administration Obama s'était montré prudente, le régime de Saleh étant un allié dans la lutte contre Al-Qaïda dans la région.





Les forces de Saleh ouvrent le feu sur les manifestants à Taëz


Voir aussi : deux vidéos de manifestations à Taëz les dimanche 3 et lundi 4 avril 2011.

Edit : Aujourd'hui, les villes de Taëz et de Hodeida ont de nouveau été le théâtre d'une répression violente. Pour plus d'infos, lire l'article d'Euronews


JORDANIE – Les jeunes tentent de mobiliser le reste de la population

La contestation dans le pays est partagée. Contre le régime mais pas contre le roi Abdallah II. Mais la Jordanie n'est néanmoins pas laissée pour compte dans le printemps arabe. De nombreuses manifestations ont eu lieu notamment chez les jeunes. Vendredi, ce sont des centaines de jeunes qui ont manifesté pour des réformes alors que de l'autre côté de la rue des pro-Abdallah scandaient des slogans en soutien au roi.

Les 24 et 25 mars, une manifestation dans la capitale avait été largement réprimée faisant un mort et près de 150 blessés. Ce lundi 4 avril, la police a empêché un attentat suicide contre le siège du Front de l'action islamique (FAI), la branche politique des Frères musulmans et principal parti d'opposition en Jordanie.





Manifestation d'étudiants à l'université d'Amman



BAHREÏN – Réprimée dans la rue, la protestation se poursuit sur le Net

Près de trois semaines après la destruction du symbole de la révolution sur la place de la Perle à Manama, les arrestations sont de plus en plus nombreuses au Bahreïn. La contestation contre la dynastie des al-Khalifa a débuté le 21 février et depuis les manifestations ont été nombreuses dans la capitale. Les manifestants réclamaient plus de justice sociale et d'égalité ainsi que la mise en place d'une monarchie constitutionnelle mais pas la chute de la famille régnante.

Mais en réponse aux manifestations, la famille royale a malgré tout décrété la loi martiale en fin de semaine dernière. Ne pouvant faire face aux mouvements d'opposition, le royaume avait également fait appel à des troupes saoudiennes et émiraties, mettant un point (sans doute) final à la contestation.




Violence against protesters in Bahrain
Voter
Voter
20
Signaler un abus
À voir également
Commentaires (2)
Seuls les lettres, chiffre et '_' sont autorisés.
Merci d'entrer votre adresse email
Envoyer
Annuler